Tendances lyonnaises et françaises

Un article pour vous parler des tendances du moment, ce qui peut être une source d’inspiration pour vos publications sur les réseaux sociaux et/ou blog.

 

1- Le fait main:

Ce n’est pas une nouveauté mais c’est une tendance qui s’affirme de plus en plus: le fait main, le naturel, produit localement etc… a le vent en poupe.

L’occasion selon votre activité de mettre en valeur votre travail, vos fournisseurs, vos partenariats…

Il existe de plus en plus d’établissements qui proposent des produits artisanaux.

Le petit tips en plus: si votre entreprise fait des dons à des associations, faites le savoir!

 

2- Le féminin à l’honneur:

La vague féministe est passée par là. Et nous sommes actuellement dans une coupe du monde de football féminin.

Parler aux femmes, d’autres femmes , de modèles femmes par exemple ne pourra que vous donner une image positive, moderne.

Surtout, il ne faut pas oublier qu’Instagram notamment est un réseau social principalement utilisé par un public féminin (voir article précédent ici). Donc autant créer du contenu qui puisse plaire à ce public.

Lire la suite « Tendances lyonnaises et françaises »

Publicités

Quelques principes de Dale Carnegie appliqué à la communication numérique

Chers lecteurs,

Je ne vous oublie jamais quand je travaille, bien au contraire.

J’ai souhaité vous parler d’une de mes dernières lectures: « Comment se faire des amis » pour vous parler une nouvelle fois de community management.

 

1- Introduction:

Source de l’image: https://algeriemarket.com/produit/comment-se-faire-des-amis-dale-carnegie/

« Comment se faire des amis » de Dale Carnegie est un ouvrage qui ne vous explique pas comment obtenir des relations amicales mais comment bien communiquer avec les êtres humains dans le but d’avoir ce que vous voulez d’eux.

Ce livre qui date du début du XXème siècle a été édité et réadapté de façon à pouvoir coller à notre monde moderne. Les principes restent les mêmes puisqu’il s’agit de relations humaines.

 

2- Principe 4: « Intéressez-vous réellement aux autres »:

C’est ce qu’un community manager va faire en s’intéressant à sa cible (clients d’une marque ),qu’est-elle, ce qu’elle aime notamment afin de pouvoir adapter au mieux son contenu et discours à sa communauté.

 

3-Principe 5: « Ayez le sourire »:

C’est pour cela que les émoticônes ont un réel intérêt dans la rédaction de contenus sur les réseaux sociaux.

Sans être dans l’overdose, marquez ses différentes idées avec ces dernières permet d’attirer l’attention de vos utilisateurs mais aussi de montrer une image positive et souriante.

Lire la suite « Quelques principes de Dale Carnegie appliqué à la communication numérique »

Pourquoi engager un community manager professionnel?

La communication est un des secteurs dans lequel on pense qu’un stagiaire ou bien un salarié dont ce n’est pas la profession, peut le faire.

C’est un choix et point de vue que je respecte.

Mais ce n’est pas le mien. Et je vais vous expliquer pourquoi.

 

1- L’expertise, la formation et l’expérience

Quand vous sollicitez un community manager professionnel, il arrive avec une formation effectuée, de l’expérience , donc avec une sorte d’expertise. Il peut donc vous donner des conseils, vous faire des propositions, prendre des initiatives.

Bien qu’il y ait toujours un temps d’adaptation (voir article précédent ici), le community manager n’a pas besoin de grande formation sur son métier et ne nécessite pas forcément une grande surveillance.

Tant qu’il y a une bonne communication avec sa hiérarchie, ce dernier ne peut que bien faire son travail.

 

2- La possibilité de se former

Comme tout métier et tout particulièrement les réseaux sociaux qu’on a l’impression de connaître et gérer,  un community manager dispose des outils, des ressources pour se mettre à jour, approfondir ses connaissances.

 

3- Le réseau

Mon cas est de plutôt bien connaître les influenceurs qui sont des acteurs importants dans la communication et le marketing numérique. C’est d’ailleurs une des prestations que je propose.

Mais un community manager a des relations, des collaborateurs qui peuvent aider à la réalisation de cette communication: des photographes, vidéastes par exemple et vous proposer à leur tour une qualité d’exécution.

Lire la suite « Pourquoi engager un community manager professionnel? »

Quelques conseils pour l’accueil d’un CM free-lance en entreprise

Quand on fait appel à un professionnel extérieur quelqu’il soit, on peut se poser des questions sur comment l’intégration de cette personne va avoir un impact sur la structure.

 

1- La présentation

Lors de l’entretien de départ, le gérant de l’entreprise (ou le recruteur qui le représente) a discuté avec le free-lance.

Des missions ont été décidées, avec un emploi du temps et un tarif.

Il est important lorsqu’on engage ce type de personnes de bien l’introduire auprès des membres de l’entreprise.

Cela peut paraître évident mais cela reste essentiel.

L’idée est de présenter le free-lance en expliquant sa mission de manière suffisamment précise pour que chaque salarié puisse comprendre la raison de sa présence.

L’exception sera si le prestataire externe n’aura besoin d’être contact qu’avec le gérant lui-même.

 

2- Aide à la collaboration au sein d’un même service

Dans le cas des réseaux sociaux mais cela peut être aussi n’importe quel service, il peut y avoir des personnes qui s’en chargent déjà même si cela reste de manière ponctuelle.

L’objectif est que ces personnes ne ressentent pas la présence de ce free-lance comme une menace mais comme un moyen d’avancer ensemble vers un but commun: faire progresser l’entreprise dans cet objectif précis.

Pour cela, l’idéal est de se servir de ce qui existe déjà, du fonctionnement de la structure sur les réseaux sociaux tout en utilisant également les nouvelles idées qu’apportent le nouveau venu. Et d’investir en plus du free-lance, les personnes de départ qui s’en occupaient.

Chaque membre a une tâche précise et apporte sa part.

Faire appel à un quelqu’un d’externe signifie qu’on engage une certaine expertise de celui-ci et que son regard extérieur peut aider à cette progression.

Pour résumer, il faut énormément discuter via des réunions de travail et  préparer des documents/outils.

Lire la suite « Quelques conseils pour l’accueil d’un CM free-lance en entreprise »

Les différentes étapes de la rédaction web

J’ai eu l’occasion dans un article précédent, de vous donner quelques conseils concernant la rédaction web.

Je profite de cet article pour vous en dire un peu plus.

 

1- Une des premières phases: la recherche:

Quand on vous demande d’écrire sur un sujet, l’important est d’effectuer quelques recherches afin de pouvoir le cerner.

L’outil privilégié est évidemment Internet et les moteurs de recherche.

A partir de ce que l’on vous demande d’écrire, soit vous vous servez de ces sources pour apporter des connaissances soit vous avez suffisamment d’éléments de base et dans ce cas là, vous allez reformuler. En sachant qu’en règle générale, on fait les deux.

 

2- 2ème étape: synthèse et structuration

Comme pour n’importe quel texte, il est important de connaître les idées principales et de savoir comment vous allez rédiger un plan.

Et comme l’idéal est de réaliser un article de plus de 300 mots mais sans en écrire beaucoup trop, mieux vaut réfléchir à ce qui va être plus important.

Lire la suite « Les différentes étapes de la rédaction web »

La question de la sécurité sur Internet

Chers lecteurs,

Qui dit réseaux sociaux, se pose la question des données personnelles sur Internet.

Et même si je ne suis pas une experte sur le sujet, il est important pour moi de vous apporter mon opinion.

 

1-Community Management et Story Telling

Les réseaux sociaux, le blog, les vidéos Youtube…., tous les nouveaux types de contenu sur Internet sont un nouveau mode de narration et de création.

On propose à nos followers de nous suivre car ils apprécient notre histoire, notre valeur…, ce qui constitue le story telling.

Voir mon article sur le story telling ici.

Mais Internet a introduit de nouvelles problématiques liées aux données: l’e-reputation, ce que je vous propose, afin de savoir ce que pensent les autres médias de votre entreprise mais aussi ce que vous avez pu écrire en tant que membres de cette entreprise sur les réseaux sociaux et Internet en général.

Et si vous avez des éléments qui contredisent vos valeurs et disponibles sur Internet, cela peut poser problème.

C’est aussi le rôle du community manager de faire attention à ce genre de détails.

Ces nouvelles questions sur l’image ont évidemment leur inconvénient, à savoir la trace écrite mais aussi permettent de garantir aux consommateurs, une lisibilité qui n’était pas possible auparavant concernant le milieu professionnel.

Lire la suite « La question de la sécurité sur Internet »

L’intérêt pour une entreprise B to B d’être présente sur les réseaux sociaux

 

En tant que community manager, on me dit régulièrement qu’une entreprise qui propose des services aux professionnels ( B to B) n’a pas besoin d’être présente sur les réseaux sociaux.

 

Or, si effectivement, il apparaît plus évident pour une société qui propose un bien ou service aux particuliers (B to C)il est aussi bien vu et possible d’agrandir sa clientèle grâce aux réseaux sociaux.

 

1. Linked In, le réseau social professionnel:

Ce dernier vient déjà contredire cette idée reçue.

Le premier point est qu’une entreprise est composée d’individus et ces derniers sont au moins à titre individuels ou via une page société sur Linked In.

Les pratiques de recrutement mais aussi de recherches de structures partenaires ou clients ont bien changé: si un bon site web et bien référencé est primordial, de plus en plus de professionnels effectuent leur recherche via ce réseau social.

Et on peut aussi l’utiliser pour rediriger vers le site web en ajoutant l’url sur sa page entreprise Linked In.

D’ailleurs, d’après un article de « Neoptimal » sur le sujet65% des entreprises B to B ont au moins gagné un client en 2015 grâce à ce dernier.

Pour résumer, on peut voir celui-ci comme un sorte d’annuaire ou de référenceurs d’entreprises, c’est pourquoi alimenter sa page sur Linked In avec une publication par jour quand on est dans le B to B peut être très intéressant.

 

2. Twitter, là où se trouve les « experts »:

Twitter est le second réseau social professionnel, idéal pour montrer qu’on maîtrise son sujet et attirer les journalistes et experts d’un domaine.

Toujours d’après ce même article85% des entreprises B to B sont sur Twitter.

Réaliser des tweets (entre un et deux par jour) pour parler de son domaine d’activité: Scoop It et Pinterest peuvent vous aider à sélectionner les articles qui vous intéressent en rapport avec son secteur.

Lire la suite « L’intérêt pour une entreprise B to B d’être présente sur les réseaux sociaux »